Au Poste !

Un poste de police. Un tête-à-tête, en garde à vue, entre un commissaire et son suspect.

Liste de tous les liens en streaming:

COMMENTAIRES:

 

un film tres decevant.je suis passé a coté de cet humour.les critiques etaient pourtant bonnes???

 

SPOIL - theorie sur le film :
Voila ma théorie, ma femme et moi y avons passé du temps à essayer de comprendre :
Tous les personnages sont morts et chacun possède un objet qui détermine l'époque de leur mort.

Poulevorde : Mort par balle, quand il fume on voit le trou dans le poumon. Mort début 1980 ( machine à écrire)
Ludig : C'est lui qui est mort et non le suspect. Il meurt d'une intoxication alimentaire due à l’huître, confirmée par le flic à la fin. Il est mort dans les années 2000 à 5:15 seule heure lisible (téléphone portable à clapet)
Consierge : Mort de faim causé par un Alzheimer confirmé par Poulevorde dans son commentaire. Pas de référence temporelle.
Fils de Poulevorde : Suicide suite au décès de son père fin 1980 (Gameboy)
Assistante : Morte récemment d'un serial killer qui l'a emmurée. Elle ne comprends pas sa mort. (Smartphone)
Philippe : Mort d'une équerre en fer dans l’œil gauche (celui manquant de base). Dont l'oeil est retrouvé à la fin. Mort dans les années 90 (Equerre en fer)
Femme de Philippe : Morte en couche au 6eme mois (chagrin?) Il me manque des infos sur elle, je dois revoir le film.
Patron : Accident de quelque chose symbolisé par l’attelle, les cicatrices et le poste radio jouant de la musique peut symbolisé l'autoradio.
Femme de Ludig : Morte asphyxiée dans son sommeil par de l'insecticide. Raison pour laquelle elle ne sera jamais éveillée. Sa date correspond au reportage télé vu dans le salon.

La fin : La pièce de théâtre symbolise la répétition encore et encore des événements. Ce fait est appuyé encore par l'arrestation de Ludig qui est envoyé au commissariat pour être interrogé le lendemain -> Retour au début de l'histoire. Le fait que les personnages s'incruste dans les souvenirs symbolise l'intrusivitée des policiers. Ce qui est donc vécu n'est pas la réalité (prouvé par les horloges qui déconnent). Il va donc de soi que nous sommes en enfer ou au purgatoire et que cette vie est leur punition. Nous terminons l'interrogatoire par la révélation que l'homme est mort d'infection de l'estomac, certainement l’huître. L’huître à été offerte par le policier dans le hall qui est aussi le concierge de l'immeuble de Ludig. Il faut donc en déduire que c'est la consierge de l'immeuble qui a empoisonné Ludig pour le tuer et que elle n'est pas morte car ses traits son joués par un autre personnage dont nous n'avons aucun indices sur sa mort ! Le diable ??

 

j'ai compris du premier coup Lost Highway ou Mullholand Drive ou Inception ... bah là, j'avoue, la fin, je sèche (je parle de la dernière scène) ...

Il est allé un peu trop loin, là.

Pas le meilleur Dupieux qu'on connaisse. Mais ne pas oublier que Dupieux est au dessus du lot. Donc même un moins bon Dupieux reste largement mieux que des trucs qu'on nous sert en France et qu'on ose appeler comédie.

 

Un Dupieux un peu mineur, surtout après l'excellent Réalité, mais qui perpétue la logique de son oeuvre tout en parvenant à offrir un léger renouvellement. Ma critique : https://www.senscritique.co...

 
Post a Reply